Sélectionner une page
Virginie Lobrot – créatrice de la gamme Temps Libre

Virginie Lobrot est tapissier sur meubles à Toulouse et témoigne de sa reconversion réussie dans l’artisanat d’art.

Elle est une amie de longue date bien que nous ne nous voyons pas beaucoup. Mais ce que Virginie ne sait pas, c’est qu’elle a toujours été une source d’inspiration pour moi !

Lorsque j’étais salariée, son parcours d’entrepreneuse et le choix assumé de vivre de sa passion me fascinaient. J’admirais en particulier la ténacité dont elle a su faire preuve durant des années pour rendre viable son activité de tapissier sur meubles.

Quand j’ai entrepris cette série de témoignages d’entrepreneuses inspirantes, son visage m’est de suite apparu. Virginie a accepté avec gentillesse de me consacrer un peu de son temps précieux (le jour de notre entretien, elle préparait une grosse commande de meubles) pour répondre à mes questions.

L’atelier de Virginie est une véritable caverne d’Ali Baba où tous les sens sont mis à contribution : odeurs (cuir, colle), couleurs (bobines de fil, tissus), textures (crin, laine, fils) et sons des différents outils fusionnent pour créer une ambiance chaleureuse, affairée et inventive. On ressent que ce lieu est dédié à la création !

Virginie est une véritable artiste : elle crée de ses mains et embellit l’intérieur de ses clients en leur proposant des fauteuils confortables, élégants et uniques.

 Dans ce témoignage, vous découvrirez son parcours, ses sources d’énergie et son activité.

Se reconvertir dans l’artisanat : de publiciste à tapissier sur meubles

Peux-tu nous résumer en quelques mots ton parcours ?

Des études en graphisme

J’ai grandi en région parisienne. Au lycée, j’étais en filière littéraire mais je n’étais pas très bonne élève.

Après mon bac, je me suis inscrite à un atelier de dessin pour préparer le concours d’une école de graphisme. J’ai été admise et j’ai suivi ce cursus pendant 2 ans mais j’ai arrêté avant d’obtenir mon diplôme. J’avais hâte de rentrer dans la vie active.

Je me suis présentée très jeune sur le marché du travail, et j’ai donc eu du boulot avant les autres !

Une expérience en agence de pub

Ainsi, une importante agence de publicité a accepté de me prendre en stage puis, sans doute satisfaite de ma prestation, m’a employée en CDI. Durant 5 ans, j’y ai occupé plusieurs postes : d’abord freelance à la direction artistique (oui à la liberté !), je suis dans la foulée recrutée comme assistante de 2 directeurs artistiques (oui à la sécurité !). Mais impossible de contenter tout le monde : chacun des responsables se plaignait que je passais plus de temps à travailler pour l’autre que pour lui !

Finalement, on me nomme assistante d’un nouveau directeur avec qui j’ai ressenti une certaine incompatibilité. Je prends donc la décision de quitter sans regrets cet emploi dans le cadre d’un CIF (aujourd’hui Projet de Transition Professionnelle).

Un CAP Tapissier d’ameublement

En effet, j’avais décidé de me former pour suivre un CAP Tapissier d’ameublement dans un centre d’apprentis à Decazeville (Aveyron). Je ressentais à l’époque le désir de quitter Paris et son agitation.

Grâce à cette formation, j’ai redécouvert le plaisir d’apprendre. De plus, j’étais payée pour le faire. J’avais le sourire aux lèvres en permanence.

Ce fut le premier pas vers ma reconversion et je ne n’ai jamais regretté cette décision.

Qu’est ce qui a déclenché cette envie de te lancer dans l’entrepreneuriat et de choisir ce métier de tapissier ?

Désir d’autonomie

En premier lieu, la volonté d’être autonome dans mon travail. Par nature, je suis une personne très indépendante. Quand j’étais salariée, je me sentais en permanence redevable. J’avais l’impression de ne jamais en faire assez.

Ensuite, choisir l’entrepreneuriat, c’était aussi m’accorder du temps pour moi et ma famille. Je voulais être disponible pour mes enfants, pouvoir m’en occuper sans stress ni pression. Me sentir libre de mon temps et de mes choix m’était indispensable.

Le goût de la création et du travail manuel

Et surtout, j’avais les mains qui me démangeaient ! Travailler de mes mains répondait à un besoin profond.

J’ai toujours été attirée par les métiers manuels et l’artisanat.

Par exemple, lorsque j’étais petite fille, j’avais vu un jour un homme qui fabriquait des sabots et j’étais tombée en admiration ! Évidemment, le sabot ce n’était pas l’avenir mais je trouvais cela beau de fabriquer un objet de ses mains.

Grâce à mon activité artisanale, j’éprouve beaucoup de satisfaction car je vois le résultat concret de mes actions. Plus que tout, j’ai le sentiment que c’est utile, que cela va servir à quelqu’un.

La fierté de créer de ses mains

Des débuts difficiles

Cependant, j’ai découvert à mes dépens que le métier de tapisser était un univers très masculin. A mes débuts, aucun artisan ne voulait m’embaucher sous l’argument que le métier était physique et donc incompatible avec la « fragilité féminine » ! Un tapissier m’a même dit un jour « pas de fille dans l’atelier » ! Je lui ai rétorqué : « une fille dans la concurrence alors !».

J’ai donc démarré toute seule : je me suis installée à mon compte à Toulouse en 1998.

Au départ, mon activité était très fluctuante. J’arrivais à peine à payer mon comptable mais j’ai tenu bon, je n’ai jamais lâché !

La confiance de ses clients

A cette époque, je travaillais sur du vieux mobilier. Je restaurais des fauteuils et je décorais murs et fenêtres à l’aide de tissus, rideaux, coussins, têtes de lit.

Mes clients m’ont toujours accordé leur confiance, sollicité pour des conseils sur la décoration et confié des meubles d’une grande valeur sentimentale. Inviter un artisan chez soi, c’est l’admettre dans son intimité, dans son refuge, dans ses souvenirs. Tel un archiviste, un tapissier œuvre à la préservation d’une histoire familiale.

Création de sa ligne de fauteuils Temps Libre

Par la suite, à partir de 2010, je choisis de me spécialiser dans la création d’une ligne de fauteuils. Je voulais créer un fauteuil made in France, confortable et avec du style, à la fois simple et facile à vivre. J’ai puisé mon inspiration dans le mobilier de campagne de l’armée napoléonienne (il fallait que le fauteuil soit facilement démontable et simple à expédier !).

Je suis fière de la création de ma marque « Temps Libre » que je fais évoluer à la demande.

Pour moi, chaque meuble est l’occasion de créer à partir d’une page blanche. Rendre un meuble beau et fonctionnel tout en respectant le budget est un combat, un défi dans lequel je mets tout mon savoir-faire et ma persévérance.

Lorsque je façonne un meuble, j’imagine cet objet dans son environnement, je me dis que je participe à l’embellissement de la vie de mes clients, à la création d’une atmosphère douillette et chaleureuse pour leur chez soi par le choix des tissus d’ameublement et des couleurs.

C’est pourquoi mon métier satisfait ces 3 dimensions : satisfaction du travail bien fait (la qualité de mes produits est pour moi primordiale), création et relation à l’autre. Je me sens à la fois artiste et bonne fée !

En somme, j’exerce un métier passion. La reconnaissance de mes clients est gratifiante et à chaque fois le signe que je suis à la bonne place !

Ce qui la rend heureuse

Souvenirs d’enfance et transmission familiale

Quelles étaient tes activités favorites lorsque tu étais enfant ?

En été, j’adorais construire des cabanes autour de la maison familiale avec mes cousins. Cette cabane était pour moi un nid, un abri.

Durant mon enfance, j’étais entourée de mes sœurs ou de mes cousins. Mais aujourd’hui, quand je travaille, j’ai vraiment besoin de solitude et d’être maitre de mon espace. La présence d’un tiers m’empêche de créer.

J’ai toujours été très manuelle. Je me revois fabriquer, manipuler, construire de petits objets avec les matériaux que j’avais sous la main : des petits mouchoirs pouvaient faire l’affaire pour former une poupée !

Ma mère était une habile couturière : elle concevait elle-même nos vêtements. Je m’installais à coté d’elle et je la regardais travailler. C’est elle qui m’a appris à manier l’aiguille et le fil : une transmission entre femmes d’une génération à l’autre. Je m’aperçois au final que, sans vraiment le vouloir, j’ai suivi ses traces.

Avec mes parents, nous allions souvent dans des brocantes. De nombreux meubles anciens ornaient notre intérieur. Quand j’y pense, dès l’enfance, je baignais déjà dans cet univers de vieux meubles. Tout était déjà là autour de moi pour susciter ma future vocation.

white wooden cabinet near table inside room
Visite des brocantes en famille

Ses moments de joie et de créativité

Quelle est la dernière fois où tu as ri de bon cœur ?

J’adore rire, alors je ne me souviens pas vraiment d’un moment particulier. Cela devait certainement être lors d’une soirée avec des amis ou devant un film. Le rire est libérateur. J’adore la joie des enfants qui rient aux éclats et savent vivre dans l’instant présent. On perd souvent cette spontanéité en grandissant, c’est dommage.

Quelles sont les activités, les lieux, les moments qui te donnent de l’énergie ?

  • Découvrir de nouveaux lieux, voyager, sortir de mon quotidien et de ma routine.
  • Visiter des musées : la vision de belles œuvres me rend admirative et créative.
  • Marcher toute seule dans mon quartier, flâner, me promener le nez au vent, j’adore regarder les maisons et leur architecture…
  • Construire une maison sur une ile de Bretagne est l’aboutissement d’un rêve. J’aime cette sensation de bâtir à partir de rien et d’ouvrir le champ des possibles.
  • J’étais tombée sous le charme de cette ile bretonne lorsque j’étais jeune fille. Au moment du départ, sur le pont du bateau, je m’étais retournée vers le rivage qui s’éloignait et je m’étais promis : Je reviendrai !

Quel genre de journée te donne envie de te lever le matin de bonne humeur et pleine d’énergie ? Peux-tu me décrire ta journée idéale ?

Lorsque je ferme les yeux et que je pense à ma journée idéale, la première image qui surgit c’est la mer. Je m’imagine marcher sur la plage, sur mon ile. Je travaille à mon rythme, je crée, je suis seule. A la fin de la journée, j’ai le sentiment d’avoir accompli mon travail. Je peux revenir à la société. Je reçois des amis et nous partageons un bon repas autour d’une table conviviale.

brown wooden stairs on sand seashore during day
La mer pour se ressourcer

Les talents de Virginie

Quels sont tes point forts, tes qualités, les choses que tu fais facilement ?

  • Confectionner quelque chose à partir de rien
  • Proposer des matériaux
  • Conseiller mon entourage sur la décoration, leur ouvrir mon carnet d’adresses de professionnels du domaine
  • Cuisiner pour ma famille (j’adore faire des gâteaux)
  • Organiser des rencontres familiales. Avec mes sœurs, nous sommes dispersées géographiquement et nous avons à coeur d’organiser des temps de retrouvailles familiales.

Quel(s) talent(s) mets-tu en œuvre dans ton activité ?

  • Mes talents manuels bien évidemment, je suis payée pour cela (rires).
  • Ma patience et ma persévérance : je suis une acharnée, je ne laisse jamais tomber un fauteuil !
  • Mon gout du beau et de l’esthétique et celui du travail bien fait (je suis très exigeante envers moi-même). Je suis très pointilleuse par exemple sur le choix des matériaux que j’utilise. Je privilégie ceux qui sont naturels et sans impact sur l’environnement.

Ce qui la caractérise

Qu’est-ce qui te révolte dans le monde actuel ?

L’individualisme, l’égoïsme.

Si tu pouvais louer un panneau publicitaire, quel message, ferais-tu passer au monde ?

Ne pas faire aux autres ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse.

Ses sources d’inspiration

As-tu un livre, un film, une citation inspirante ?

Le film « La vie est belle » de Capra, un classique du cinéma américain, un hymne à la solidarité et la coopération. Je crois en l’optimisme qui est moi le moteur pour trouver des solutions.

Son activité

Sa gamme Temps Libre

Je vends mes créations Temps Libre en France pour des projets hôteliers et dans des boutiques mais aussi à l’étranger (j’ai une grosse clientèle en particulier aux USA où j’ai participé à plusieurs salons).

Comment fais-tu connaitre ton activité ?

As-tu une anecdote, un souvenir lié à ton activité professionnelle, une rencontre à nous partager ?

Quand je vivais encore à Paris, il y eu une grande grève et je devais aller travailler en stop.

J’ai été une fois prise en charge par un homme très sympathique. Nous avions discuté et il m’avait dit être artisan. Des années plus tard, après mon CAP de tapissier, je recherchais un stage et en visitant une expo, j’avais noté les coordonnées d’un atelier. Le patron de cette structure avait accepté de me prendre comme stagiaire.

Un jour, en le voyant retirer les sièges de son véhicule, j’ai eu un déclic. C’était la personne qui m’avait prise en stop des années plus tôt ! La vie avait placé 2 fois sur ma route cet homme et à chaque fois, il m’avait rendu service. Un bon génie en somme…

Dans le même registre d’évènement qui se font écho dans le temps, une autre anecdote me vient à l’esprit. J’avais rendez-vous il y a 2 ans chez ma nouvelle comptable. Sa maison me semble familière mais je n’arrive pas à dire pourquoi. Et soudain, je me souviens : j’y avais fait il y a longtemps un salon Napoléon III. Cette ancienne cliente se révéla être la belle-mère de ma comptable ! Les jeux de la vie et du hasard…

Ses conseils pour entreprendre

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Le conseil que je donne habituellement, c’est s’écouter et se faire confiance. Éviter de se laisser influencer par les sirènes de la mode. Au fond, rester authentique, trouver sa patte et miser sur sa singularité.

Avant tout, il faut cibler sa clientèle : on n’est pas obligé de plaire à tout le monde.

A vouloir parler à tout le monde on ne parle à personne !

Enfin, s’autoriser à être imparfaite : trouver l’équilibre dans le déséquilibre. Accepter ses points faibles avec bienveillance : on est des humains et pas des robots.


Amour de la beauté, création manuelle, indépendance, authenticité, détermination

Virginie semble avoir trouvé sa raison d’être, ce qui lui donne envie de se lever le matin : son Ikigai !


Pour en savoir plus :

Contacter Virginie : virginie.lobrot@tempslibredesign.fr

Son compte Instagram : https://www.instagram.com/tempslibre.vl/

Visiter son site : https://virginielobrot.fr/

Virginie Lobrot dans son atelier à Toulouse